Articles

Mon p'tit chou, l'important, c'est d'écrire...

Image
Je vais m'agacer un peu. Les sempiternels débats sur l'orthographe m'énervent. Et les voilà qui ressurgissent à l'occasion du questionnement sur l'écriture inclusive. Tout un chacun, du fait de sa maitrise de sa propre langue, se fait Monsieur Jourdain et donne son avis de trublion moyen sur des questions qui le dépassent, sans s'apercevoir qu'il est dans un rapport affectif et identitaire complètement faussé à sa propre langue. Alors écoutons les linguistes. Eux, ce sont des scientifiques. Ils savent de quoi ils parlent en fait. Ils ont passé des années à étudier la langue. Quelques éléments issus de mes propres études (pas besoin de vous donner mon CV, vous savez que je sais de quoi je parle). Références pour les curieux : Daniel Luzzati. Faire évoluer la langue à l'écrit, en essayant de rattraper son gigantesque retard sur les évolutions de l'oral n'est pas un nivellement par le bas. C'est une mesure saine et normale dans toutes les autres…

L'impression d'échapper à quelque chose...

Image
Aujourd'hui... je me suis levée avec une étrange impression, celle de rater... non plutôt d'échapper à quelque chose... une menace sombre et familière... Mais qu'est-ce que c'est ???

J'avais ce sentiment de devoir aller me cacher, de ne surtout pas sortir de sous ma couette, que le danger était là dehors... Je sentais que je ne devais pas mettre le doigt dans l'engrenage sans quoi... ce serait fichu pour des semaines, peut-être des mois !
J'avais le sentiment d'avoir déjà vécu ça trop souvent...

Et là, j'ai réalisé... c'est la pré-rentrée pour les profs !!

Cela fait un bail que cette journée spéciale me file des boutons, mais là... non !

JE NE RENTRE PAS !!!!!

Quand même, je souhaite une excellente pré-rentrée à tous mes collègues enseignants !

Pour ma part, je vais boucler des dossiers pédagogiques, finir de lire le dernier roman de Lise Syven, écrire un bout de Banana Bread et peut-être aussi un peu de mon nouveau projet secret...

Et aussi fai…

A la croisée des mondes

Image
Cette fin d'été me voit encore à ma table de travail : après une semaine délicieuse de pause avec ma très chère Lise Syven (qui, soit dit en passant, mettait la dernière main au très attendu tome 2 de Saving Paradise), j'ai embrayé sur l'écriture. Banana bread m'occupe en ce moment, mais je suis aussi en pleine rédaction de dossiers pédagogiques, dont un sur le grand Philip Pullman... et je ne résiste donc pas à la tentation de partager avec vous un beau passage d'un article du Guardian trouvé dans le Panorama illustré de la fantasy et du merveilleux de André-François Ruaud.

Let's go...
"Parfois, nous découvrons un poète, un peintre, un musicien, qui fait office de clef pour déverrouiller une part de nous-même dont nous ignorons tout. Cette expérience n'a rien à voir avec le fait d'apprendre à apprécier quelque chose que nous trouvions auparavant difficile ou rébarbatif, comme par exemple de nous efforcer consciemment à reconnaître quelque importan…

Bienvenue lecteur ami !

Image
Entrez dans mon journal désintimisé, mélange de réflexions, de partages de lectures et de films, d'infos sur mes bouquins, d'âneries aussi...
Créé il y a déjà 7 ans, il a commencé avec mon premier roman, et 10 parutions plus tard, il avait besoin d'un nouveau design, j'espère que vous apprécierez !

Le 10ème petit est paru donc, voici 42 jours, le 4ème de mes romans historiques qui, je crois, fermera la boucle. Commencée avec Paul Beorn, cette balade dans les temps jadis m'a beaucoup apporté depuis 4 ans et je suis heureuse que vous, lecteurs, y soyez si sensibles. En France et dans tant d'autres pays !

Sur la genèse de ce roman, retrouvez mes articles ici et .

Je suis heureuse de le publier, bien sûr, comme tous les autres...
Mais tout de même, celui-ci me remplit particulièrement d'aise. Pourquoi ?

Tout d'abord, j'ai l'impression de rendre justice à Xavier Decousus et Jean Gomez en redonnant vie au Manoir en folie, que j'ai écrit et publi…

Les paradis

Image
Le paradis est là où on le voit, n'est-ce pas ? Pour moi, le paradis, c'est la chaleur, les espaces larges et confortables, la lumière, la bonne nourriture et surtout les amis. Il y a eu plusieurs paradis dans ma vie ; le Kerdou nous abritait en Bretagne quand j'étais petiote, et le jour où je l'ai revu, je l'ai trouvé tout minus... j'avais beaucoup grandi. Les Rigalloux en Charente où Pico et Dédée nous accueillaient pour des week-ends de jeux de rôle endiablés. Bonne Aygue sur le bord du lac de Parentis, où nous passons des heures molles à regarder les enfants sauter dans l'eau toute la journée, où se préparent des plâtrées de pâtes et des crèmes Jock, où les journées s'achèvent sur des parties de molky au rhum et les bougies dans la nuit qui tombe.
Des lieux où je me ressource pour écrire, courir, repartir de plus belle.

Cette année j'ai découvert un nouveau lieu rare et précieux... Ses habitants en ont fait un endroit si accueillant que je le cla…

Bon anniversaire Anaïs Nin !

Image
«  Pourquoi on écrit est une question à laquelle je peux répondre facilement, me l’étant si souvent posée à moi-même. Je crois que l’on écrit parce que l’on doit se créer un monde dans lequel on puisse vivre. Je ne pouvais vivre dans aucun des mondes qui m‘étaient proposés : le monde de mes parents, le monde de Henry Miller,  le mode de Rango,  ou le monde de la guerre. J’ai dû créer un monde pour moi, comme un climat, un pays, une atmosphère, où je puisse respirer, régner et me récréer lorsque j’étais détruite par la vie. Voilà, je crois, la raison, de tout œuvre d’art. L’artiste est le seul qui sache que le monde est une création subjective, qu’il faut opérer un choix, une sélection des éléments. C’est une concrétisation, une incarnation de son monde intérieur. Et puis il espère y attirer d’autres êtres, il espère imposer cette vision particulière et la partager avec d’autres. Même si la seconde étape n’est pas atteinte, l’artiste, néanmoins, continue vaillamment. Les rares moments…

Ecouter Eco au lieu de faire mon nano...

Image
... et avoir des milliers d'idées qui surgissent !
Je vous indique le lien pour découvrir un peu plus avant ce grand homme :
https://www.franceculture.fr/emissions/la-compagnie-des-auteurs/umberto-eco-13-le-bibliophage

Et voici le texte complet d'une très belle réflexion sur la lecture :

"Chi non legge, a 70 anni avrà vissuto una sola vita : la propria. Chi legge avrà vissuto 5000 anni : c'era quando Caino uccise Abele, quando Renzo sposò Lucia, quando Leopardi ammirava l'infinito... perché la lettura è un'immortalità all'indietro."


"Ceux qui ne lisent pas n'auront à 70 ans vécu qu'une seule vie : la leur. Ceux qui lisent auront vécu 5000 ans : ils étaient là quand Caïn a tué Abel, quand Renzo a épousé Lucia, quand Leopardi admirait l'infini... parce que la lecture est une immortalité à rebours."


Résolution

Image
Quand vient la rentrée, les profs font leurs résolutions de nouvelle année. Et oui, on est un peu décalés...

Pour ma part, outre tenir mon casier rangé, j'ai surtout décidé ce week-end de travailler plus l'écriture, de la travailler vraiment, de lire, d'écrire, de noter, de creuser, de chercher bien plus que je ne le faisais jusque là. Qui m'a donné cette impulsion ? Barbara, mon éditrice. Elle sait me faire travailler et elle sait qu'il faut que je travaille plus pour atteindre mes nouveaux objectifs. Alors au boulot.
Déjà, je vais commencer par établir ici le calendrier de travail prévisionnel :

A rendre pour fin novembre : Manoir en folie (titre provisoire) + suite (roman historique 2017 dans la collection Castelmore)

A rendre pour avril : Louise Cigogne (roman pour cycle 3 pour une nouvelle éditrice)

A rendre pour fin novembre 2017 : Peach crime (romans pour lycéens pour Castelmore)

+ Essai sur Harry Potter courant de l'année

+ Projet secret courant de l'ann…

La fiancée du pirate

Image
Un film à voir !!



https://www.youtube.com/watch?v=j5WREkiT1P4

Question de genres...

Image
En préambule, une citation de la très appréciée, voire même vénérée... Mme de Sévigné !! 
Eh oui, j'avoue, elle a aussi de bons côtés. D'ailleurs, si vous n'avez pas lu encore l'hommage, discret, que je lui rends dans Les Lettres volées, n'hésitez pas, le bouquin plaît beaucoup et je serais ravie d'en parler avec vous !
Donc, cette femme parfois fort drôle disait à Ménage :
"Madame de Sévigné s’informant de ma santé, je lui dis : Madame, je suis enrhumé. 
Je la suis aussi, me dit-elle. 
Il me semble, lui dis-je, Madame, que selon les règles de notre langue, il faudrait dire, Je le suis. 
Vous direz comme il vous plaira, ajouta-t-elle, mais pour moi je croirais avoir de la barbe si je disais autrement." Ménage, Menagiana, ou les bons mots, les pensées critiques, historiques, morales et d’érudition de Monsieur Ménage, recueillies par ses amis, seconde éd.augmentée. Paris, Delausne, 1694, p. 87
Uh uh uh ! Mme de Sévigné réagissait là contre une nouvelle règle …