Aux sources du Manoir, Part 2

Nous en étions hier au moment où j'ai relevé un triple défi : écrire une histoire triste de façon gaie, en peu de signes, avec un éditeur sur mon épaule qui regarde ce que je fais...



Avec l'agreg, le tome 3 de Moana prévu pour septembre et 14-14 en plus, c'était bouclé, je m'apprêtais à vivre une des années les plus trépidantes de ma vie. D'autant que je n'imaginais pas encore que Stéphane Marsan m'enverrait respectivement mi-mai et début août, deux mails qui disaient :

J’ai passé Féelure à Claire et Helene avec ma recommandation.

Oui, c’est un excellent récit (Fortune cookies). Juste, captivant, fort, inquiétant, sans tomber dans le pathos. Je l’ai lu d’une traite, c’est nickel.

En moins de trois mois, je passais de prof déprimée par les décisions lamentables de sa direction et au bord de la démission, à auteur et agrégative comblée. Avec 2 romans à écrire et 3 romans à corriger.

Un an plus tard, je pense que c'était fou mais nécessaire : aller au bout de tout cela, c'était mon rêve et, même si je ne pensais pas que tout arriverait en même temps, je m'en suis bien sortie.



J'ai donc écrit ainsi 40 000 signes avant de les envoyer à Xavier : il les a lus d'une traite et nous avons passé des heures au téléphone à tout reprendre, analyser : il voulait que je crée un contraste plus fort entre Paris et le Manoir, nous avons beaucoup parlé de La Faute de l'Abbé Mouret, quand il découvre le jardin édénique après sa maladie. Nous nous sommes rendus compte que j'avais vraiment besoin d'écrire l'ensemble pour changer les détails, tout étant tellement imbriqué que je ne pouvais pas changer un élément unique facilement. Il m'a proposé d'écrire tout le reste d'une traite et de lui envoyer ce premier jet tel quel, pour que nous continuions le travail. C'est ce que j'ai fait fin juillet.

En fait, il a trouvé l'ensemble très bien, confirmant cette impression que j'avais de ne plus jamais proposer mon travail à mi-parcours : cela me dessert.

J'ai mis dans ce roman beaucoup d'éléments personnels : les prénoms d'abord, les lieux ensuite. Les décors parisiens rendent hommage à mes amis doreurs, Maël et Aurélie. Et le Manoir m'a apporté une drôle de surprise...

Au mois de juin, en pleine rédaction, je me suis dit que je devais aller voir le Kerdou, ce manoir qui m'avait inspirée : par un hasard de la vie, nous habitons aujourd'hui à moins de 30 km. Je l'ai trouvé grâce à Google maps et j'y suis allée... mais quelle déception ! Le manoir qui avait deux ou trois étages, des pièces partout, une immense forêt, un hall de géant et une cuisine magique s'était transformé en une belle mais petite demeure à un étage, avec un bois et 4 pièces par niveau... J'avais grandi...



Quelques semaines après, nous nous sommes arrêtés au manoir de Kernault, près de Quimperlé, pour le visiter. Il m'a plu instantanément. J'ai dessiné les plans, demandé l'autorisation sur place et je suis rentrée, contente d'avoir trouvé mon lieu. 3 jours plus tard, je raconte cette visite à ma belle-mère qui s'exclame "Kernault ? Mais il appartenait à une de mes tantes par alliance ! J'y ai passé mes vacances de petite fille ! Et le banc sur lequel vous vous asseyez à la maison, tu vois, le vieux banc en bois ? Il vient de Kernault !" Xavier, qui m'a appris à localiser avec précision mes romans, pour leur donner du corps (j'y reviendrai) était ravi.


Après, il y a eu ensuite un long tunnel, à l'automne, jusqu'à ce que Xavier nous quitte.


Et Jean, son ami et collaborateur nous a alors dit qu'il publierait malgré tout nos romans. Jean est un homme et un éditeur d'une gentillesse incroyable, une très belle rencontre. Alors voilà, les romans de Nadia, Ma Pire semaine de vacances, et Paul, Le club des Chasseurs de fantômes, paraissent ce mois-ci. Le secret des bois noirs, le roman d'Agnès et le mien, Le Manoir en folie, paraîtront fin septembre.

Et pour vous remercier de m'avoir suivie jusque là, la couverture du roman :


Commentaires

  1. Article passionnant et très émouvant. C'est aussi ça qui fait la magie de l'écriture, cette capacité à découvrir des choses sur nous-même et sur notre histoire...
    En tout cas, au risque de me répéter, vivement septembre !

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Moi aussi, Agnès, je t'aime très fort.

      Supprimer
  3. Je ne sais pas comment je suis arrivée là, mais j'y suis ^^ .C'est une jolie histoire que l'écriture de ce roman ! Et Kernault, ben j'y vais presque toutes les semaines, 5 min de chez moi ... et j'en ai imaginé des histoires avec ce lieu ;) Bravo en tout cas pour la publi parmi les innombrables autres :) ! Najdah, une grenouille de passage ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Najdah, je pense que je vais revenir à Kernault pour présenter mon livre à l'automne, je te préviens à ce moment-là en t'envoyant un mp, d'accord ?

      Supprimer
    2. Ce serait trop avec plaisir oui :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Tous à poils

Les femmes qui lisent sont dangereuses

La carte du tendre